La ligne et la voie

DESCRIPTION DE LA LIGNE

Le Parc des Chanteraines étant situé principalement dans une boucle de la Seine en forme de «banane », la ligne du chemin de fer suit ce même schéma. Ceci explique que ses deux extrémités sont sur le territoire de Gennevilliers tandis que sa partie médiane est sur la commune de Villeneuve-la-Garenne.

Le kilomètre «0» de la ligne est situé au terminus du «Pont d’Epinay». La gare, qui porte depuis quelques années le nom officiel des «Mariniers», est au pied du pont. Elle comporte deux voies dont une à quai. Celui-ci est adossé à l’ancien bâtiment de la gare dite «des charbons» à l’époque ou les trains de charbon arrivaient le long de la Seine sur l’estacade pour décharger les péniches. A son extrémité une plaque tournante permet éventuellement de réorienter une locomotive et dessert également une courte voie en épi. Cette gare a été entièrement refaite en 2010 et rapprochée du Pont d’Epinay de 50 m. La ligne a été également reconstruite en 2010 sur ses premiers 500 m jusqu’à l’extrémité de l’estacade. Tous ces travaux ont été exécutés dans le cadre du réaménagement du secteur.

Quittant la gare des «Mariniers», notre train longe le cours de la Seine et plus particulièrement le «bras de Gennevilliers» (ou «petit bras») qui nous sépare de l’Île Saint-Denis et de son Parc départemental ; nous sommes à l’extrémité nord du département des Hauts de Seine, l’Île Saint-Denis appartenant au département de la Seine-Saint-Denis. Nous sommes d’abord sur le territoire de la commune de Gennevilliers jusqu’au niveau d’un bâtiment technique surplombant le fleuve et faisant suite à l’estacade, passant alors sur la commune de Villeneuve-la-Garenne.

Le parcours est assez champêtre, traité «à l’anglaise» avec des petits plans d’eau où se développent une faune et une flore caractéristiques. De nombreuses trouées dans la végétation (à gauche du train) nous offrent de jolis points de vue sur la Seine et le Parc de l’Île Saint-Denis. Un projet existe de créer un évitement à peu près à mi-parcours afin de faciliter l’exploitation lors des «Portes ouvertes », le parcours «Pont d’Epinay» — «Les Fiancés» étant le double de la moyenne des autres inter-gares du réseau.

Par une courbe prononcée à droite, nous quittons le secteur des Mariniers pour entrer dans celui des Fiancés. Une courte trouée de verdure précède une grande plaine de jeux que nous traversons pour arriver en gare des «Fiancés» (autrefois gare «Georges Pompidou»). Cette gare de deux voies encadrant un quai permet le croisement des trains. Elle est située près de l’entrée principale du Parc et dessert le «Manège des Fiancés», le «Jardin des fleurs» ainsi qu’une aire de jeux d’eau pour enfants. Les locomotives à vapeur peuvent y compléter leur approvisionnement en eau.

Dès la sortie de la gare des «Fiancés», notre train attaque une rampe très sévère (plus de 25‰) et en courbes et contre-courbes prononcées permettant, en passant derrière le «Jardin des Fleurs», de rejoindre la «Passerelle» qui enjambe la RD 9 (boulevard Charles de Gaulle) au gabarit européen. En franchissant cette «Passerelle», nous quittons le secteur des Fiancés et entrons dans le secteur des Hautes-Bornes. Les deux premiers secteurs que nous venons de parcourir sont les plus anciens du Parc. Notre ligne ne fut créée que lors de la création du secteur des Fiancés dans lequel nous pénétrons à présent.

Par une rampe hélicoïdale que nous descendons prudemment, nous rejoignons la gare de «La Ferme». Au passage, nous aurons pu profiter du joli coup d’oeil sur l’étang d’1,5 ha (à gauche).

La gare de «La Ferme» est la plus importante de notre réseau par sa fréquentation. Située en face d’une des entrées les plus fréquentées du Parc et de l’accès à la Ferme pédagogique, elle est équipée de deux voies encadrant un quai central et permettant aux trains de se croiser. On y trouve un bâtiment d’accueil des voyageurs muni d’un guichet où un agent du CFC assure la vente des billets et donne toutes informations utiles sur notre ligne ainsi que sur notre association. Des dépliants du CFC mais aussi d’autres associations amies sont mis à disposition. Un abri permet de se protéger du soleil… ou de la pluie… en attendant le train. Cette gare dessert de nombreuses activités : la Ferme, le théâtre de marionnettes, la restauration rapide, l’accueil du Parc, le Centre équestre, …

A gauche de la gare on longe un enclos de La Ferme ou paissent souvent des chèvres. A droite, une prairie accueille un cheval de trait affecté à la remorque d’une carriole de ramassage des déchets laissés par les usagers du Parc qui circule dans celui-ci tous les matins.

Continuant notre promenade, nous longeons à présent le Centre équestre à gauche. Nous laissons bientôt sur notre gauche l’embranchement du dépôt et traversons une grande plaine de jeux ; à droite, joli point de vue sur l’étang. Par une courte rampe, partiellement en tranchée peu profonde, nous arrivons en gare de «Passage de Verdure».

Située au-dessus de l’autoroute A 86, la gare de «Passage de Verdure» a été le terminus de la ligne tant que le secteur des Tilliers n’a pas été ouvert au public en juillet 1991. Une plaque tournante se situait en bout de ligne ; celle-ci sera par la suite transférée au nouveau terminus. Deux voies encadrant un quai permettent aux trains de se croiser. C’est la gare du réseau possédant le quai le plus court.

En quittant la gare de «Passage de Verdure», nous quittons le secteur des Hautes-Bornes pour entrer dans celui des Tilliers. Nous changeons également de commune, passant de Villeneuve-la-Garenne à Gennevilliers.

Laissant à gauche un embranchement de service en boucle permettant de retourner les trains, nous contournons le «Belvédère» et surplombons le Lac (9 ha). A hauteur de l’horizon et entre deux trouées, nous pouvons distinguer très nettement à droite la Tour Eiffel puis la Butte Montmartre surmontée du Sacré-Coeur.

Par une pente de 17‰, nous descendons dans un paysage vallonné vers la gare de «Petit-Lac». Là aussi, deux voies encadrant un quai permettent aux trains de se croiser. En accotement de la gare, un grand parking situé au pied de l’autoroute A 86 donne la possibilité aux visiteurs de garer leur voiture et … de prendre notre train ! Nous sommes en face du Centre Commercial des Chanteraines.

Quittant «Petit-Lac», nous longeons, à peu de distance, la ligne de tramway T1, à gauche, jusqu’à notre terminus. A droite, une réserve ornithologique couverte de roseaux accueille les oiseaux migrateurs de passage. Puis, toujours à droite, c’est le grand espace du Lac avec au fond le «Belvédère ».

Nous arrivons à notre terminus «RER Gennevilliers», seule gare du réseau possédant trois voies dont deux encadrant un quai. En fond de gare, une plaque tournante permet de réorienter éventuellement les engins de traction. C’est également un point d’eau pour les locomotives à vapeur. Notre gare CFC dessert entre autres un «espace jeunes» de sports nautiques. En sortant du Parc, on accède directement à la gare SNCF de Gennevilliers (RER ligne C).

Notre ligne étant un trajet «point to point» comme disent nos amis britanniques et non pas «en boucle», nous retournons à notre point de départ par le même itinéraire en sens inverse.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DU RESEAU

La ligne a été créée de toutes pièces. Aussi, on aurait pu s’attendre à un profil en long assez plat. Il n’en n’est rien, car, de par le fait de ses deux passages au dessus d’axes routiers importants, la ligne compte plusieurs rampes entre 17 et 25 ‰. Les courbes sont parfois assez serrées (30 m). Le rail (de réemploi) est en barres courtes de 26 kg/m (de Pont d’Epinay à Passage de Verdure) et de 36 kg/m (de Passage de Verdure au RER). Les traverses, à un pas de 0,80 m, sont renouvelées régulièrement en fonction des besoins. La voie a été réalisée par «Le rail appliqué » du Pont d’Epinay à Passage de Verdure, et par Spie-Batignolles de Passage de Verdure au RER. Il y a 5,530 km de voie (4,530 km de ligne, le reste constituant les voies de service, de raccordement et de garage).

Les 28 appareils de voie (17 en ligne, 11 au dépôt), spécialement construits pour le réseau, ont été réalisés par Socader et Spie-Batignolles. Les plaques tournantes, au nombre de 3, ont un diamètre de 1,700 m. En acier, elles reposent sur 6 galets. On les trouve aux deux terminus ainsi qu’au dépôt.

Le dépôt compte deux bâtiments, l’un de 4 voies (atelier), l’autre de 6 voies (remisage) ainsi que 3 voies extérieures. On y trouve également les locaux techniques et administratifs du CFC. On se reportera utilement au chapitre «L’atelier et le dépôt» pour de plus amples informations.

CHAÎNAGE DE LA LIGNE

(tenant compte de son allongement de 50 m côté Pont d’Epinay lors de la reconstruction de cette partie de ligne en 2010)
Pk 0,000 Les Mariniers (ex Pont d’Epinay)
Pk 1,660 Les Fiancés (ex Pompidou)
Pk 2,400 La Ferme
Pk 3,130 Passage de Verdure
Pk 3,880 Petit lac
Pk 4,530 RER Gennevilliers